Accueil marin.deau.douce et contact.
Le canal de Bourgogne de Migennes à Montbard.

Ce qui devait être un "Royal Classique" est devenu un VIVION 3 par la magie d'un sur-classement (voir ce que j'en pense ICI). Ceci pour le plus grand bonheur de l'équipage.

Mais aussi ce qui devait être une croisière dans le Nivernais est devenu une visite du canal de Bourgogne. L'Yonne en crue condamnait toute navigation sur le canal du Nivernais.

Heureusement pour nous la base Le Boat de Migennes est située sur le canal de Bourgogne au point kilométrique 0,3, juste au dessus de l'écluse qui raccorde à l'Yonne, et le canal de Bourgogne était encore navigable alors que le Nivernais était fermé et pour un bon moment.

Migennes.

La base Le Boat est plutôt petite et accueillante. En descendant, l'écluse Laroche donne accès à l'Yonne et au Nivernais, en montant, le bief est court et l'écluse de Cheny donne sur un grand bief de 6 kilomètres, tout en ligne droite, pas très passionnant.

Brienon sur Armançon.

Ce gros bourg offre un vaste quai pour le stationnement des bateaux, la halte est payante mais bien aménagée. Nous avons choisi, comme souvent de nous mettre au vert, loin du passage et nous trouvons notre bonheur juste après le pont, le long de la berge.

La petite route qui passe le pont, passagère le jour est très calme la nuit aussi nous avons passé une très bonne soirée et bien dormi.

Le matin nous avons un excellent pain frais en face du monument aux morts. Ici à Brienon il y a tous les commerces, toutes les commodités, pharmacies, banques, etc. C'est bon à savoir.



Loin de l'agitation, une halte au vert.

Saint Florentin.

Le canal se poursuit, sans intérêt particulier, pour arriver à Saint Florentin, jolie ville dans laquelle se trouve un édifice religieux assez disproportionné par rapport à l'aglomération.



L'arrivée sur St Florentin laisse entrevoir un édifice religieux de grande dimension.

"l’église Saint-Florentin surprend par ses imposantes dimensions, semblables à celles d’une cathédrale restée inachevée".

La halte de St Florentin est confortable même si beaucoup d'amarages sont réservés. Le site est joli et parfaitement entretenu.




Nous ferons plusieurs passages ici pendant la semaine et nous avons vu le niveau très haut de l'Armance (petit affluent de l'Armançon) baisser en seulement quelques jours.




Pont canal de Saint FLorentin.

A Saint Florentin le petit guide vert Michelin de la Bourgogne recommande le restaurant "Les Tilleuls" (ci dessus), nous avons dont testé et fait un très bon repas dans une jolie demeure nichée dans un jardin de verdure.



La jolie halte de Saint Florentin.

En montant le canal nous prenons la mesure de la crue de l'Armançon qui quitte son lit pour envahir les prés. Nous voyons des carpes frayer dans les champs ce qui fera le bonheur des hérons lors de la décrue.




L'Armançon se déverse dans les prés.

A certains endroits le chemin de halage est recouvert de 10 centimètres d'eau et ruisselle doucement dans le canal. Il s'en est fallu de peu que le canal de Bourgogne ne soit fermé lui aussi.

Flogny.

Flogny est un bourg situé sur la hauteur de la colline qui descend sur le canal. Un quai qui devait être confortable nous accueille malheureusement il est partiellement effondré. En contrebas dans la partie basse du village, des meutes de chiens hurlent toute la soirée.


Nous passons quand même une nuit assez calme puis poursuivons vers l'amont.



Passé Flogny, Tonnerre n'est plus bien loin, nous y sommes en une petite matinée.




Les douces couleurs de la Bourgogne.



L'ancien lavoir de Cheney.

Tonnerre.

La halte de Tonnerre est bien aménagée, la berge est accueuillante mais le site n'est pas particulièrement joli. Nous n'y resterons que pour le déjeuner.





La halte de Tonnerre dans un petit bief de 580 mètres.

Bien, jusque là le canal ne nous a pas trop séduits. Passé Tonnerre, le paysage change un peu, le canal devient un peu plus sauvage. Nous allons vers Tanlay.



Le canal "monte" dans la campagne.

Tanlay.

Et voici Tanlay, une halte confortable près des terrains de sport et de l'avenue qui mène au château. Le bourg propose tous les commerces. Par contre, sur 50 mètres soit la moitié, le quai est réservée au bateau hôtel.




Entre les bateaux résidents et le bateau hôtel pas beaucoup de place pour le passage.

Passé Tanlay on arrive rapidement à l'écluse d'Argentenay décorée par l'artiste local. Je vous laisse juges.




Plus nous montons, plus le paysage devient sauvage, la voie ferrée s'éloigne, même si elle n'est jamais très loin, elle se fait plus discrète.




Ancy le Franc.

Passé Ancy le libre voici Ancy le Franc qui mérite un arrêt. La halte est installée en face d'une maison majestueuse et le long de la route qui mène au château (à 600 mètres de l'accès). Le château bien caché du canal par les arbres mérite une visite.


Le château à peine visible depuis le canal.



Après une nuit passée au calme à Ancy le Franc nous poursuivons la montée vers Ravières. Le parcours est assez bucolique, les paysages de printemps affichent de jolies couleurs.





Au fil de notre route nous faisons cette jolie rencontre avec Elisabeth et son teckel équipé de sa tenue de sécurité ...



Ravières.

La halte de Ravières est vaste avec un quai bien entretenu. Ici encore une bonne partie du quai est réservée au bateau hôtel mais il n'est pas là, nous n'en tenons pas compte. Pourquoi donc les municipalités ne mettent pas "priorité au bateau hôtel" plutôt que "réservé" ?!

Justement, pendant que 4 ou 5 quais lui sont "réservés" entre Montbard et Saint Florentin, le bateau hôtel est stationné presque au milieu du chenal juste à la sortie d'un pont. Le Seigneur du fleuve est chez lui, n'est ce pas !

Buffon.

Quatre heures de navigation et nous arrivons à Buffon qu'il ne faut pas manquer de visiter.

Le forges du Comte de Buffon.
Georges-Louis Leclerc de son vrai nom, né à Montbard en 1707, il est connu pour sa participation à la première encyclopédie de l'histoire naturelle. Ici à Buffon il fit construire des forges de grande importance qui permirent de mettre en valeur les ressources en bois et en minerais de ses terres. Sans aucun doute ces forges méritent une visite.

Le bâtiment de la forge elle même n'est pas le plus grand mais il comporte un escalier monumental qui servait de gradins lorsque les notables du coin venaient assister à une coulée de fonte.

Le site est entouré d'une belle rivière qui donnait l'énergie permettant d'activer les machineries dont le gigantesque soufflet de la forge (ci dessous à droite).



Les bâtiments qui entourent la forge servaient à une première transformation de l'acier. Plus loin dans la propriété se trouvaient les logement de tous les employés, ces bâtiment sont aujourd'hui habités par les propriétaires actuels qui prennent grand soin du site exceptionnel dont ils ont la lourde charge.

Saint Rémy.

En soirée nous poursuivons jusqu'à St Rémy qui sera l'étape finale de notre croisière. En effet nous avons repéré sur le petit guide vert Michelin de la Bourgogne, un restaurant qui nous semble sympathique.

Sincèrement si nous n'avions pas eu le guide nous ne serions jamais rentrés dans cet établissement tellement la façade est pitoyable ! Nous avons vérifié deux fois que nous n'avions pas fait d'erreur avant de franchir la porte.

Nous n'avons pas regretté, l'intérieur est charmant, les patrons agréables et le repas fut excellent.

Bien stationnés nous laissons le bateau et poussons jusqu'à Montbard en bicyclette.

Montbard.

Montbard est une halte verdoyante et calme en cette saison, malheureusement nous devons faire demi tour, nous n'en verrons pas plus.

En conclusion.

La crue de l'Yonne nous a forcés à visiter le canal de Bourgogne que je n'aurais sans doute pas vu sans cela. En effet sa réputation internationnale en font, comme le canal du midi, une des voies d'eau les plus fréquentées et le parcours n'est pas toujours des plus intéressant. Cependant nous avons passé une bonne semaine (dix jours exactement) et je ne regrette pas.

En dix jours, du 3 au 13 mai 2015, nous avons fait Migennes - Tonnerre et retour (4 jours), pensant pouvoir poursuivre sur le Nivenais. Puis, l'Yonne étant toujours en crue nous avons fait Migenne - Saint Rémy et retour.

Les écluses sont pour la plupart manuelle, manoeuvrées par les éclusiers auxquels il n'est pas interdit de donner un coup de main.

Vous l'aurez compris, le canal de Bourgogne n'est pas mon préféré mais il mérite quand même une visite et certain sites comme Ancy le Franc et Buffon sont réellement des endroits à ne pas manquer.

PhB 06/07/2015